Question 51 Expliquez en quoi et pourquoi la concurrence est considérée comme un élément indispensable de marché.

Aller en bas

Question 51 Expliquez en quoi et pourquoi la concurrence est considérée comme  un élément indispensable de marché. Empty Question 51 Expliquez en quoi et pourquoi la concurrence est considérée comme un élément indispensable de marché.

Message par MARCAN le Dim 6 Mar - 18:01

QUESTION 51
EXPLIQUER EN QUOI ET POURQUOI LA CONCURRENCE EST CONSIDEREE COMME UN ELEMENT INDISPENSABLE DE L'ECONOMIE DE MARCHE :
1. INTRODUCTION
Dans notre vie quotidienne nous employons souvent le mot de concurrence, cette dernière peut être positive ou menaçante. Par exemple baisse des coûts pour l’accès aux médias, licenciement suite à des délocalisations ...
Dans tous les cas elle semble être considéré comme un élément indispensable de nos économies de marchés.
Je vous propose après avoir rappelé quelques données essentielles, d'étudier ce qu’est la concurrence,
et qu'elles sont ses effets sur nos Économies Modernes dîtes de Marché.

Le Marché est nécessaire à l’exercice de la Concurrence. C’est un lieu réel ou fictif où s’échange des biens et des services. Il existe divers types de Marchés tels que celui des biens et services, des Capitaux et du Travail.
Notre système dit de Marché se reconnaît par le niveau de l’Offre et de la Demande qui permet de fixer librement les Prix, ceci à l’inverse d’une Économie administrée ( ex URSS ).
L’équilibre entre l’offre et la demande sur le marché de Biens et Services donne le prix,
sur le marché des Capitaux le Taux, et sur le Marché du Travail le Salaire.
les théories économiques développé par les classiques ( SMITH, SAY, RICARDO) et les nouveaux classiques ( WALRAS) mette la concurrence à la base de l’économie libérale, mondialisée depuis.
Adam Smith avec la métaphore de la main invisible considère la concurrence comme un élément indispensable à la régulation des économies de marché : elle guide l’activité de chaque agent économique vers la meilleure situation possible pour tous, la somme des intérêts individuels contribue à l’ intérêt général.
C’est l’analyse de l’addition du comportement individuel des agents qui explique le fonctionnement de l’Economie, la compréhension de la microéconomie permet celle des questions de la macroéconomie.
Le Marché est imaginé comme étant un Marché de concurrence pure et parfaite.

Pour cela le rôle de l’Etat doit rester limité à ses prérogatives régaliennes, afin de permettre au Marché de trouver lui même ses situations d’équilibre.
5 conditions nécessitent d'être combinées pour un fonctionnement optimum.
• Nécessité de Transparence : Information immédiate, circulante et sans coût à tous les acteurs du marché. Essentielle pour l’établissement du juste prix. (Ex du rôle de l’état gendarme loi antitrust...)
• Nécessité de l’Atomicité : Un nombre d’acteur suffisant pour qu’aucun ne dispose d’un poids suffisant pour influencer les conditions du marché. Pouvoir de l’offre et la demande. ( tableau de STACKELBERG).
• Homogénéité : tous les biens qui satisfont un besoin particulier sont considérés comme identique par les acheteurs, quelles que soient leur origine et l’identité du producteur.
• Parfaite mobilité des facteurs de Production : Le Travail et le Capital peuvent se déplacer instantanément et sans coût d’une activité à l’autre. ( Achat de concession, licence...)
• Libre accès à l’entrée sur le Marché : Concurrence libre avec des agents pouvant faire à tous moments des offres et des demandes sans contrainte ni coût sur un marché qui s’adapte parfaitement ( pas de barrières).
On s’aperçoit là de la nécessité du rôle gendarme de l’état, car on effet le marché de concurrence pure et parfaite nécessite que les acteurs soient rationnels... Or l’histoire nous montre que les abus ont existé, voire perdurent.


L’objet de la concurrence est d’adapter la production au choix des consommateurs.
Il y a nécessité de faire des choix, les ressources sont limitées alors que les besoins des hommes sont illimitées. C'est la confrontation de l'offre et de la demande qui permet de déterminer un prix et donc d'établir un comparatif avec un autre produit. C’est l’accord par le prix qui témoigne de l’équilibre entre l’offre et la demande.

Sur le marché des biens et des services, la notion d’élasticité de l’offre et de la demande par rapport au prix détermine la quantité offerte.
L’absence de concurrence nuit à la négociation de cet équilibre et produirait les situations de marché en concurrence imparfaite (tableau de STACKELBERG) tels que Monopole, oligopole ...

Sur le marché des Capitaux, l’offre est constituée par l’épargne ( capitaux ou fonds prêtables ) et
La demande est constituée par l’investissement ( capitaux ou fonds prêtables ).
Le prix d’équilibre est le taux d’intérêt dont on connaît l’importance pour le financement de nos économies modernes.

Sur le marché du travail, les travailleurs offrent leur main d’oeuvre et les entreprises embauchent, le salaire est le prix d’équilibre. (Les ménages arbitrent entre loisirs et travail ).
Dans les conditions de concurrence pure et parfaite, les mécanismes du marché permettent d’assurer l’équilibre de tous les marchés, c’est à dire un système de prix tels que sur chaque marché tous ceux qui veulent acheter ou vendre au prix d’équilibre peuvent le faire.
Comme cet équilibre général permet une allocation optimale des facteurs de production, la concurrence apparaît aussi comme un moyen d’organiser efficacement la production et la distribution des biens et services. Dans une économie décentralisée les échanges entre individus « concurrents » se déroulent sans autres coûts que ceux qui sont liés à l’échange.
Enfin la concurrence parce qu’elle est aussi une compétition est souvent présentée comme une source de dynamisme.
Processus dynamique, mais aussi état d’esprit. La liberté d’entrée et de sortie du marché pour les acteurs (offreurs et demandeurs) garantit que toutes les opportunités peuvent saisies. Ce dynamisme se manifeste dans l’innovation sous toutes ses formes. Il faut savoir créer un « plus » pour donner un avantage concurrentiel à son offre.
Cet avantage est amenée par l’innovation sous la forme par exemple de :
Nouveaux produits,
Nouveaux procédés de fabrication,
Utilisation de nouveaux produits intermédiaires, de nouveaux marchés...
Le marché de la téléphonie est un bon exemple de la compétition sur les producteurs de matériels ( tel + app photo + musique + internet ...) et les opérateurs ( arrivée de Free, nouveaux distributeurs comme la Banque Postale le Crédit Mutuel).
L'idée d'une concurrence pure et parfaite nivelant les profits à un niveau normal est contraire à la vision dynamique exposée ci-dessus. Pour que les innovations se développent il faut une incitation pour l'entrepreneur innovateur, cette incitation c'est la perspective d'un profit plus élevé, et c’est cela la vertu de la concurrence. L’innovateur ne reste pas longtemps seul sur son marché, l’arrivée des concurrents réduit le profit et il faut à nouveau innover pour défendre le profit antérieur.
Une autre vertu de la concurrence est la limitation du gaspillage :
par sa sanction du profit et des pertes elle sélectionne les productions efficaces et les acteurs « mauvais » sont éliminés. Les ressources sont optimisées et les produits doivent répondre aux demandes des consommateurs. Le marché sanctionne la réussite des entreprises.
En résumé La concurrence permet de corriger les excès des agents sur le marché, est source de dynamisme et d’innovation, et par la sélection du système de prix optimise l’utilisation des ressources et des facteurs de production pour faire coller l’offre aux besoins du consommateurs.
La concurrence apparait comme nécessaire et indispensable à nos économies modernes, elle pousse nos entreprises à innover pour ne pas perdre de parts de marché, cependant certains économistes tendent à penser qu’un excès de concurrence peut au delà d’un certain niveau avoir des effets négatifs.
En effet dans certains secteurs comme l’industrie, un accroissement de la concurrence peut amener une réduction de marge limitant la capacité à innover. La situation de quasi monopole amène suffisamment de marge pour permettre l’innovation. Ce peut être le cas des acteurs de la téléphonie en France avec les coûts de développement des réseaux (limités au doigt de la main), c’est aussi le cas pour les secteurs règlementés historiquement gérés par les États ( courrier, transport, énergie...).
Dans tous ces cas et pour corriger les excès de marché les États et aujourd’hui les Pouvoirs Publics au niveau Européen doivent veiller à une régulation.





MARCAN

Messages : 2
Date d'inscription : 01/02/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum