Question 34

Aller en bas

Question 34 Empty Question 34

Message par Matt Malod le Dim 28 Fév - 21:27

Question 34 : Une entreprise rentable est elle forcément solvable ? Justifiez votre réponse.

Un dirigeant d’entreprise fait face à des objectifs primordiaux. Il doit dégager des revenus pour son entreprise afin d’assurer la pérennité de celle ci et ainsi se dégager un revenu pour lui. La pérennité de l’entreprise passe par le développement de l’activité, la bonne maitrise des différentes charges, le remboursement des dettes, la satisfaction des actionnaires.
La recherche de rentabilité apparaît donc un objectif prioritaire. Pour autant une entreprise rentable est elle forcément solvable ?
Nous étudierons dans une première partie les éléments du compte de résultat permettant l’analyse de la rentabilité. Puis nous nous placerons du coté du bilan afin d’aborder la solvabilité de l’entreprise.

I La rentabilité d’une entreprise :

1 / Définition et seuil de rentabilité :

La rentabilité d’une entreprise se traduit par le rapport entre les revenus obtenus (les produits) et les ressources employées (charges). En analyse financière nous nous plaçons ainsi sur l’étude du compte de résultat de l’entreprise.
Nous aurons ainsi la possibilité de mettre en lumière la performance des ressources investies au travers de la rentabilité.

Le seuil de rentabilité correspond au moment ou le niveau d’activité (CA) couvre l’ensemble des charges fixes (charges de structure : charges de personnel, loyer) ou variables (commissions sur vente). Ce résultat nul correspond donc au seuil de rentabilité. Celui ci peut être exprimé en date on parle alors de point mort. A partir de cette date l’entreprise gagne de l’argent.

Calcul du seuil de rentabilité :

Charges fixes / Taux de marge sur cout variable = seuil de rentabilité

La marge sur cout variable correspond au CA – les charges variables. Le taux est lui la résultante de (la marge sur cout / CA) / 100

Un chef d’entreprise va ainsi toujours rechercher la variabilités des charges et ainsi essayer de transformer les charges fixes en variables via par exemple l’intérim, la sous-traitance…

2 / La rentabilité d’exploitation

De l’étude du compte de résultat d’une entreprise découle des soldes intermédiaires de gestions ou SIG.
La marge commerciale ou de production est un des premiers éléments important pour étudier la rentabilité. Celle ci correspond à la production ou vente – les achats de marchandises ou matières premières en tenant compte du stock.
Découle de ce premier solde la VA qui correspond à la richesse créée par l’entreprise une fois déduit les autres achat et charges externe.
La rentabilité de la structure de production s’estime ainsi par la VA / CA.
La VA doit rémunérer tous les facteurs de productions.

L’excédent brut d’exploitation est le meilleur indicateur de rentabilité d’une entreprise. C’est la rentabilité économique sur un exercice avant prise en compte de la structure.
Il se traduit par la différence entre la VA et les charges de personnels + impôts et taxes.
C’est la part de rentabilité qui revient à l’entreprise et il doit permettre d’absorber les charges financières, exceptionnelles le versement des dividendes l’impôt.
Ratio EBE / CA = rentabilité de l’entreprise après rémunération des facteurs de PO.

Après prise en compte des dotations aux amortissements et provisions (REX), des produits et charges Fi (Résultat courant), des produits et charges exceptionnels le résultat net est le dernier élément fondamental de la rentabilité. Une partie est réservée aux dividendes potentiellement versés aux actionnaires et l’autre partie pour construite l’autofinancement de la croissance de l’entreprise.

Ainsi RN / FP correspond à la rentabilité financière de l’entreprise et au rendement des actionnaires sur les capitaux investis. Une entreprise rentable en terme d’exploitation peut cependant ne pas être solvable. Il faut ainsi s’intéresser à la structure financière.

II / La solvabilité de l’entreprise et la structure financière :

La solvabilité d’une entreprise c’est sa capacité à rembourser son endettement à CMLT et à faire face à des pertes.

Le ratio le plus utilisé pour estimé la solvabilité de l’entreprise consiste à mettre en rapport les FP / Total Bilan.

Les FP sont constitués par le capital social, les réserves, le report à nouveau. Ainsi cette élément sera induit par le cycle d’exploitation de l’entreprise puis qu’un résultat bénéficiaire pourra augmenter les FP de la structure. Plus largement les ressources structurelles sont formées par les FP mais aussi les provisions pour risques et les dettes structurelles. Plus la part de FP est importante dans les ressources structurelles plus l’assise financière de la société est importante.
Le ratio de solvabilité permet de mesurer la part de financement propre de l’entreprise vis à vis de l’ensemble des financements. Il varie en fonction du secteur d’activité 20% pour le négoce mini et 30% pour l’industrie.

Le mode de gestion du dirigeant a aussi un impact fort selon qu’il mène une politique d’investissement, de stockage, de financement ou d’autofinancement. Si l’entreprise s’autofinance, elle pourrait apparaître comme moins solvable du fait de la diminution de sa capacité d’autofinancement. Selon les choix de l’entrepreneur une entreprise présentant un EBE correct, qui est donc rentable peut voir sa solvabilité dégradée.

La couverture du BRF et la Trésorerie nette :

L’étude du FR permet d’apprécier l’équilibre financier de l’entreprise. Les ressources durables doivent compenser les emplois durables. S’il est positif il constitue alors une marge de sécurité qui indique la solvabilité et le risque de cessation de paiement.

Le FR doit couvrir dans l’idéal au moins 50 a 60% du BFR donc la moitié des besoins liés au cycles d’exploitation. Dans le cas ou le FR ne couvre pas le BFR l’entreprise doit alors faire appel a des solutions CT de trésoreries.

La trésorerie nette est donc une résultante de la situation financière de l’entreprise.
SI FR couvre totalement le BFR trésorerie ++ pas de CT
SI différence nulle la situation est équilibrée mais ne permet pas de faire face aux aléas.
Si négative alors l’entreprise doit recourir à l’emprunt CT, ou aux actionnaires afin de résorber ce déséquilibre.



L’entreprise peut ainsi être rentable sans pour autant être solvable. Les impacts de la typologie d’entreprise, des choix de financements des investissements, et de sa capacité à négocier des lignes CT pour financer son cycle d’exploitation, sont importants.
Le dirigeant a différents moyens pour analyser à la fois la rentabilité et la solvabilité de sa structure.
Notons cependant qu’une entreprise rentable dégage un résultat, assoie sa situation financière et diminue son problème de liquidité. La pérennité de la structure ne passerait elle cependant par plus par une hausse de solvabilité que de rentabilité ?

Matt Malod

Messages : 6
Date d'inscription : 28/02/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum