2éme proposition

Aller en bas

2éme proposition Empty 2éme proposition

Message par Vincent THUDEROZ le Jeu 18 Fév - 16:59

La balance des paiements est un document statistique recensant toutes les transactions réalisées durant une période donnée entre les résidents et les non résidents d’un ensemble économique défini (un pays, ou une zone monétaire comme la zone euro par exemple).
En France, l'élaboration de la Balance Des Paiements est confiée à La Banque de France. Les banques sont au cœur de l'élaboration de la BDP puisqu'elles recensent les flux d'opérations avec l'étranger.
Afin de comprendre en quoi elle constitue un indicateur de tout premier plan dans l’appréciation de la politique économique d’un pays, nous nous pencherons dans un premier temps sur sa composition et dans un deuxième temps nous verrons comment elle permet d'apprécier la politique économique d'un pays.

I- La balance des paiements

3 composantes :

- Compte de transactions courantes
 Solde des M et X de biens manufacturés et agricoles
 Solde Des M et X de services (voyages, transports…)
 Solde des revenus primaires issus des salaires, dividendes ou intérêts
 Solde des transferts courants (reçus-versés aux organismes internationaux, administrations publiques…)

En 2012, le solde du compte de transactions courantes était de -24,9Mds d'€, en 2013, -17,1Mds d'€ et en 2014, -19,7Mds d'€.


- Compte de capital
-> Remises de dettes, Cessions de brevet, droits d’auteur

- Compte financier
-> IDE, Investissements de portefeuille, autres investissements, avoirs de réserve (devises/or).

-> Contrepartie de la somme des 2 précédents ajustée par le poste erreurs ou émissions.

Elle détermine si le pays a une capacité ou un besoin de financement.

Désormais, voyons quels sont les instruments de la politique économique d’un pays qui vont influencer la situation d’une balance des paiements.


II- La BDP, un instrument de tout premier plan pour apprécier la politique économique d'un pays, même si il a des limites.

1- Un instrument d'analyse conjoncturelle.

La BDP permet le décalage de conjoncture d'un pays avec ses principaux partenaires commerciaux.

2- Un instrument d'analyse structurelle

C'est un instrument de mesure de compétitivité d'un pays.

Le solde des transactions courantes est une mesure approximative de la capacité de financement de la nation.

Plus largement, c'est un révélateur des forces et faiblesses d'une économie.

C'est un instrument très surveillé par les marchés. une balance des transactions courantes déséquilibrée signifie qu'un pays a trop de sortie de sa monnaie. Par conséquent, celle-ci a tendance à se déprécier.

3- Les limites

_Des limites conceptuelles: la BDP repose sur le principe de résidence. Or, il y a un fort développement du commerce intra-firmes qui ne donnent pas lieu à un paiement et donc échappe à l’analyse de la BDP.

_Des limites techniques: la ligne "erreurs et omissions" peut-être très significative, et les activités non recensées (comme l'économie criminelle qui représente une masse de flux commerciaux impossible a retracer).
Il existe un "trou noir", en effet, au niveau mondial, l'égalité comptable de la BDP n'est pas toujours vérifiée.

_Des limites économiques: un excédent peut provenir d'une croissance molle, voire d'une récession et d'un redressement de la situation.
Un déficit des comptes de transactions courantes peut être réduit sous l'effet d'une diminution des importations et/ou d'un accroissement des exportations.


En conclusion, nous avons pu constater que la Balance des paiements reflète de manière concrète l’impact des choix de politique économique d’un Etat vis à vis de ses partenaires commerciaux.
Même si elle a des limites, la vision globale qu'elle nous donne des relations entre un pays et son environnement permet d'évaluer efficacement le bien fondé, ou, à l'inverse, les risques d'un politique économique.
La ligne directrice d’un Etat ne peut plus se cantonner aux seules problématiques internes dans un contexte de forte internationalisation des échanges commerciaux.
Un soutien continu et intense de l’Etat afin de tenter de maintenir une consommation intérieure stable n’est-il pas plus préjudiciable que la recherche de compétitivité de ses entreprises sur la scène mondiale ?

Vincent THUDEROZ

Messages : 1
Date d'inscription : 18/02/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum