EN QUOI LA DETTE PUBLIQUE EST ELLE UN FACTEUR ESSENTIEL DANS LA GRSTION ENCONOMIQUE D'UN PAYS

Aller en bas

EN QUOI LA DETTE PUBLIQUE EST ELLE UN FACTEUR ESSENTIEL DANS LA GRSTION ENCONOMIQUE D'UN PAYS Empty EN QUOI LA DETTE PUBLIQUE EST ELLE UN FACTEUR ESSENTIEL DANS LA GRSTION ENCONOMIQUE D'UN PAYS

Message par Sylvaingregaut le Lun 15 Fév - 13:23

EN QUOI LA DETTE PUBLIQUE EST-ELLE UN FACTEUR ESSENTIEL DANS LA GESTION ECONOMIQUE D'UN PAYS ?

Introduction :

La dette publique est le résultat de la mise en œuvre de la politique budgétaire d'un gouvernement. Cette politique vise à prendre des mesures sur les recettes de l'état (imposition, modification des avantages fiscaux...), sur les dépenses (infrastructures, aides aux entreprises...) et enfin sur le sens du solde budgétaire prévisionnel (déficit, positif, équilibre). La dette publique est donc une situation où les recettes d'un état sont moins importantes que les dépenses. Au fil des siècles et des théories, la vision sur la dette publique a évoluée, oscillant entre vision positive ou négative avec une grande question sur le fait de savoir si un état doit équilibrer son budget, viser un surplus ou alors tolérer un certain déficit. Nous allons donc voir dans une première partie les origines de la dette publique et l'évolution du regard porté sur elle puis dans une seconde partie les contraintes mais aussi les opportunités de la dette publique.

Partie 1 : origines et évolution du regard porté sur la dette :

Origines :
Encore aujourd'hui, l'idée d'un déficit budgétaire, donc une dette publique, est quelque chose de mal perçue dans l'opinion populaire. En effet, il est "vital" pour les agents privés d'un pays de de ne pas se trouver en situation de déficit. Leur survie économique peut en dépendre. Il semble donc naturel de demander à un état de faire de même. La théorie de l'équilibre budgétaire était très en vogue au 18ème siècle avec la mise en place d'un contrôle annuel du budget d'un état avec le vote du budget au parlement.

Évolutions :
La théorie néolibéral prône des dépenses minimum pour un état pour ainsi ne jamais être en situation de déficit. L'état doit ici être un état gendarme (dépense uniquement pour la sécurité, la justice, la diplomatie...). Enfin durant cette période, les dépenses d'un état sont perçues comme un frein aux initiatives privées.

Apres la seconde guerre mondiale, un équilibre budgétaire est perçu comme une vision plus court terme incompatible avec les fluctuations de l'activité économique. Les nations ont donc décider de mettre en place un budget cyclique, qui s'adapte aux ralentissements de l'économie mais aussi à son expansion. Mais cette vision cyclique est finalement difficilement applicable, a cause notamment des lenteurs administratives qui ne permettent pas de s'adapter assez rapidement.

Fondamentalement, on peut dire que si un état aujourd'hui trouve dans la dette publique un moyen de réaliser ses objectifs (plein emploi, croissance, stabilité des prix...) il est peut être pertinent de ne plus viser à l'équilibre budgétaire et d'accepter un déficit.
Cela rejoint les idées Keynésienne et le recours à l'état providence. Cela a permis au recours de l'utilisation de la dette publique jusqu'à la fin des années 80 avec comme conséquence un déficit budgétaire parfois très important.

Le regard sur la dette publique à donc considérablement changé mais existe aussi aujourd'hui des normes qui s'imposent aux états pour contrôler et limiter son utilisation.

2 : contraintes, opportunités et conséquence :

Contraintes :
Depuis le traité de Maastricht, en Europe, les états membres doivent respecter une ligne de conduite concernant leur dette publique et leur déficit budgétaire.

Concernant le déficit de l'état, il ne doit pas dépasser 3% de leur PIB et il doit être financé uniquement par un emprunt d'état (obligations).
Concernant la dette publique, elle ne doit pas cette fois dépasser 60% de leur PIB. En france en 2014, la dette publique est de 95% du PIB.

Concernant cette rigidité liée à Maastricht, il est important de préciser que le principal reproche fait est que ces normes ne tenaient pas comptés du contexte macro économique et il est résulté aujourd'hui un assouplissement des règles sous certaines conditions, comme la crise de mi 2008. L'idée est de permettre un dépassement pour permettre aux états d'assurer leur politique.

Opportunités :
Contrairement aux ménages, la continuité de l'état permet d'envisager un endettement perpétuel. Le risque d'insolvabilité est donc faible.
De plus, l'endettement d'un état et donc la mise sur le marché d'obligations est aussi nécessaire au bon fonctionnement des marchés financiers.
On constate donc qu'un haut niveau d'endettement n'est pas incompatible avec des hauts niveaux de vies.
La dette publique signifie des emprunts pour financer des investissent qui engendreront une croissance futur et donc des emplois, de la consommations...
La dette peut aussi suppléer une dépense privé atone en période de crise notamment.

Conséquences de la dette :
Nous venons de voir que la dette publique peut être source de croissance, de développement de la prospérité. Mais in fine, trop d'endettement peut aussi avoir un effet de limitation des investissements  car une partie croissante de la dette est utilisée pour rembourser les emprunts. Cela est autant de ressource financière non investies comme par exemple dans les services publiques.
Cette situation peut aussi engendrer une augmentation des impôts et donc avoir un impact sur les ménages les plus faibles

Conclusion :

La dette publique est donc un levier important dans la gestion économique d'un pays. Au début la dette était concrètement mal perçue, elle est aujourd'hui pleinement accepter comme un élément important de l'activité économique, surtout en temps de crise. Elle permet à un état de pouvoir investir dans son économie et donc de générer des revenus futurs qui doivent ensuite limiter et améliorer le niveau de sa dette (impôts...). En temps de crise elle permet aussi de pallier au déficit d'investissement des acteurs privés
Malgré cela, il faut aussi pouvoir maîtriser son utilisation et la construction de l'Europe en est un vecteur essentiel. Enfin, dans certaines conditions, les règles peuvent êtres allégées pour accompagner les états.
Le déficit publique est donc un levier important pour les états dans la gestion de leur économie mais une situation où le montant de la dette ne se résorbe pas voir se dégrade continuellement peut avoir des conséquences très graves.

Sylvaingregaut

Messages : 3
Date d'inscription : 15/02/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum